Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu mairie | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie d'Ancenis

Recherche

Menu principal

ACTUALITÉS

AccueilRestez informés > ActualitésLe témoignage poignant de Valérie de Boisrolin
Envoyer à un ami

Le témoignage poignant de Valérie de Boisrolin

Publié le 17 mars 2017
La mairie d’Ancenis a choisi d’intervenir sur le thème de la radicalisation qui touche tous types de familles, de milieux sociaux, d’origines. Hier, le troisième volet de l’action « Barbarie d’hier et d’aujourd’hui » a eu lieu au théâtre avec le témoignage fort de Valérie de Boisrolin, dont la fille est partie en Syrie faire le djihad. Cette mère de famille, victime de l’endoctrinement prôné par les extrémistes islamistes radicaux, a informé 600 lycéens anceniens sur le processus d’endoctrinement et les risques liés aux dérives idéologiques radicales. Tous les élèves étaient attentifs, captivés par son histoire et ont posé de nombreuses questions après la conférence.
Valérie de Boisrolin
Valérie de Boisrolin

Portrait de Valérie De Boisrolin : En juin 2013, Léa de Boisrolin, sa fille alors âgée de 16 ans, est partie en Syrie pour combattre dans les rangs de Daesh. Elle a été embrigadée par son petit ami rencontré sur Internet. Pour prévenir la radicalisation des jeunes, Valérie de Boisrolin met aujourd’hui tout son courage et toute son énergie au service des parents qui vivent le même cauchemar, par le biais de son association Syrie Prévention Familles. Son récit est une leçon de courage, un décryptage minutieux de ces signes avant-coureurs qui doivent alerter, un espoir aussi…

Interview :
La menace radicale s’étend aujourd’hui à toute la France. Pourquoi est-ce aussi important de prendre la parole devant les lycéens à Ancenis ?

Jamais la menace n’a été aussi grande. Aujourd’hui, il est très facile de rentrer en contact avec les réseaux djihadistes. En tant que parents concernés, il est de notre devoir de nous impliquer auprès de notre jeunesse pour qu’elle ne connaisse pas le même sort que nos enfants. Nous voulons délivrer un message de citoyenneté aux jeunes. En ville comme à la campagne, ils sont tous concernés car les jeunes sont des cibles privilégiées de ces recruteurs qui savent parfaitement toucher leurs fragilités et sensibilités.

Vincent PASQUIER (BPDJ 44), Jean Michel TOBIE, Maire, Nicolas MEMAIN-MACE, chargé de prévention à la mairie, Valérie DE BOISROLIN (association Syrie Prévention Familles)
Vincent PASQUIER (BPDJ 44), Jean Michel TOBIE, Maire, Nicolas MEMAIN-MACE, chargé de prévention à la mairie, Valérie DE BOISROLIN (association Syrie Prévention Familles)

Avec le recul de Daesh en Syrie, les adolescentes sont devenues la cible privilégiée des recruteurs djihadistes. Quels sont les signes qui doivent alerter l’entourage d’une jeune fille en danger ?

Chaque mois en France, plusieurs dizaines de jeunes, de 15 ans parfois, deviennent membres des réseaux radicaux via les services de messagerie utilisés par les djihadistes. Beaucoup sont des jeunes filles qui souhaitent se rendre utiles pour la cause radicale. Les indicateurs de basculement pour les adolescentes varient. Les ruptures comportementales (agressivités, déscolarisation…) et les changements physiques doivent alerter les familles : de nouveaux amis qui restent inconnus pour les familles, les signes religieux qui disparaissent, les fêtes qui ne sont plus célébrées, le fait de ne plus se maquiller, de ne plus s’épiler, de ne plus écouter de la musique ou regarder la télé, les longues connexions isolées à Internet, le style vestimentaire qui change.

Suite à la conférence, des lycéennes sont venues à la rencontre de Valérie de Boisrolin pour échanger.
Suite à la conférence, des lycéennes sont venues à la rencontre de Valérie de Boisrolin pour échanger.

Dernière question plus personnelle, avez-vous eu récemment des nouvelles de votre fille ?

Depuis 3 ans, j’ai réussi à garder un contact, pas toujours régulier, avec ma fille. Elle s’est mariée et a eu un enfant. Les premiers mois, j’ai eu beaucoup de ses nouvelles mais depuis cela reste épisodique.

Action « Barbarie d’hier et d’aujourd’hui » :
En 2016, deux premières sensibilisations ont eu lieu. Tout d’abord, l’exposition monumentale de Gabriel GODARD, consacrée au massacre d’Oradour-sur-Glane. Puis en novembre, des lycéens ont assisté au spectacle « Braises ».
En 2017, après le témoignage poignant de Valérie de Boisrolin et l’intervention de Vincent PASQUIER de la BPDJ 44 (Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile) auprès des lycéens le 16 mars, d’autres temps forts vont être programmés cette année.

 Haut de page